La fin du monde a-t-elle déjà eu lieu? / Michaël Foessel

20h30

Conférence dans le cadre de "La science se livre 2016"

Discussion avec Michaël Fœssel (philosophe, maître de conférences à l’université de Bourgogne et membre de l’Institut universitaire de France), Hervé Le Treut (climatologue spécialiste de la simulation numérique du climat, membre de l'Académie des sciences et Directeur de L'institut Pierre-SImon Laplace) , Modéré par Gilles DAWIDOWICZ (planétologue et membre de l'Association Planète Mars)

Notre temps est, dit-on, celui des catastrophes. Face aux crises sanitaires, écologiques ou à la menace nucléaire, la croyance dans le progrès a cédé la place à l’angoisse. Cette résurgence des thèmes apocalyptiques est plus qu’un symptôme.La dissolution moderne des hiérarchies traditionnelles a provoqué une nouvelle inquiétude : devoir vivre « après la fin du monde ».

Cette soirée propose une généalogie de l’idée de fin du monde qui distingue deux voies de la modernité : celle qui privilégie la vie et sa conservation, aujourd’hui à l’œuvre dans la plupart des conceptions précautionneuses du réel ; celle qui fait du monde le thème principal de la philosophie en même temps qu’un enjeu politique primordial. Michaël Fœssel interprète les peurs apocalyptiques actuelles à partir d’expériences contemporaines où les sujets sont dépossédés du monde. Le triomphe de la technique sur l’action, du capital sur le travail, du besoin sur le désir sont autant de phénomènes qui expliquent pourquoi l’on est pressé de voir finir un monde que l’on a déjà perdu.

Michaël Fœssel
Né en 1974, Michaël Fœssel est philosophe, maître de conférences à l’université de Bourgogne et membre de l’Institut universitaire de France. Il est notamment l’auteur de L’Équivoque du monde (CNRS Éditions, 2008), de La Privation de l’intime (Seuil, 2008), d’État de vigilance. Critique de la banalité sécuritaire (Le Bord de l’eau, 2010) et d’Apres la fin du monde (Seuil, 2012).