• Exposition

simon desjobert et benoit peytavin

B comme Bagou - Abécédaire filmé

du mardi 5 au samedi 30 juin

« B comme Bagou - Abécédaire filmé » est une création collective qui prend la forme d’un abécédaire vidéo. Le film a été développé par Simon Desjobert et Benoit Peytavin dans le cadre d’ateliers d’initiation cinématographique auprès d’enfants du bidonville de l’Acacia à Montreuil, et de jeunes adultes du programme Romcivic de l’association Les Enfants du Canal.  


A comme Accent, B comme Bagou, C comme Château de sable...

Au son

A mesure que les lettres de l’alphabet s’égrènent, des jeunes Roms s’approprient une suite de mots hétéroclite. Ils en donnent leur définition dans leur langue, le roumain ou le romani, éclairant ainsi leur quotidien et leur vision du monde.

A l’image

Un patchwork de formes explore différents moyens d’expression visuelle. Cette hétérogénéité permet d’illustrer ce que l’on entend au son ou bien d’en prendre le contre-pied.  


Le film s’intéresse à la langue mise en mouvement par sa découverte et son appropriation par les jeunes. Mais il est aussi question de la découverte et de l’acquisition d’un autre moyen d’expression : le langage cinématographique en même temps qu'il propose de mettre en valeur des jeunes Roms originaires de Roumanie et de Bulgarie en s'intéressant à leur quotidien et à leurs aspirations.



Simon Desjobert

Suite à l'irruption du printemps arabe en Egypte début 2011, il décide de se rendre sur place pour filmer la libération de la parole dans l'espace public. Le Printemps d'Hana, coréalisé avec Sophie Zarifian, donne à voir le processus révolutionnaire à travers les yeux d'une jeune fille de 18 ans. Il poursuit son travail d’immersion sur un territoire déterminé et s’inscrivant dans la durée en travaillant sur son prochain documentaire à Aulnay-sous-Bois, dans le quartier des 3000. De la rencontre avec les habitants de cet espace est né un atelier de création cinématographique autour de la mémoire d’une barre d’immeuble promise à la destruction dans le cadre de l’ANRU. Le collectif constitué pour l’occasion réalisera deux courts-métrages de fiction et un webdocumentaire.

Benoit Peytavin

A l’issue d’un parcours en Sciences politiques, Benoit Peytavin s’est tourné vers le documentaire à travers la formation du Master 2 Image et Société de l’Université d’Evry. Curieux de cette approche novatrice en sciences sociales qu’est la sociologie visuelle, il continue de collaborer avec ce laboratoire universitaire dans le cadre d’une étude sur les métiers de l’audiovisuel.  Il réalise son premier long métrage, Itinéraire Bis en 2016, qui traite de la pratique contemporaine de l’autostop, suivant les échanges particuliers qui se tissent entre les conducteurs et leurs passagers.

Les Films de l’Arpenteur

Les Films de l’Arpenteur est un collectif de cinéastes engagés dans la réalisation de films documentaires de création depuis 2010. Au sein de l’association, l’échange est placé au cœur de la création artistique. Les documentaires sont envisagés comme un point de vue singulier sur la société. Arpenter des nouveaux territoires abandonnés, aller à la rencontre de personnes exclues de la culture, les associer au processus de création sont des engagements forts qui animent les membres de l'association.