• émancipation
  • Points de vue

  • Hervé Azoulay

émancipation : culture, éducation et échelle des valeurs

Aujourd’hui les applications du numérique repoussent tous les jours les limites du possible en multipliant les innovations et les réalisations. Le monde change et le numérique s’impose de plus en plus dans notre vie, mais hélas, notre monde repose sur une distribution inégale du pouvoir et de la richesse et mène à un élargissement de l’écart entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas. A cela vient s’ajouter l’intolérance, la violence et l’obscurantisme de certains intégristes pour faire régresser notre société de quelques siècles, alors qu’ils utilisent largement les avancées des technologies numériques pour leur bien-être ! Quel paradoxe !

L’humanité a pris conscience du danger qui la guette et partout dans le monde une aspiration à l’émancipation et à l’éducation anime des forces du progrès pour lutter contre les troubles du présent. Les nouvelles technologies offrent à l’humain la possibilité de se libérer des tâches aliénantes, de se doter du savoir planétaire et de la puissance d’agir de millions d’individus. Mais l’effet du numérique sur notre société est si profond qu’il interroge le sens donné au progrès.

Un nouveau monde émerge, mais lequel ? Comment le construire sur un horizon de sens où l’homme est au cœur du dispositif ? Le numérique fera-t-il paradoxalement régresser le progrès humain ? La révolution numérique pour quelle finalité ?

Nous sommes en droit de nous poser ces questions pour imaginer une société qui nous permettra de produire une valeur sociale forte, définir le projet de société que nous voulons, s’interroger sur les valeurs auxquelles nous tenons et inventer de nouveaux modèles économiques dans une dynamique collaborative où le numérique sera au service de l’homme. Comment donc bâtir une société meilleure pour embrasser la complexité et réussir la transformation autour d’utopies fécondes ? Chacun de nous sera appelé à faire sa part pour réinventer les nouveaux modes d’éducation, d’intégration, de partage. Chaque individu créatif fait partie des acteurs du changement pour devenir le moteur de la transition vers le nouveau monde à travers l’adoption de nouvelles valeurs et de nouveaux modes de vie. Les dynamiques sociales d’inter créativité inviteront chacun à dépasser ses capacités à faire et à être. L’innovation exige une vision transversale, large et volontariste pour faire évoluer les mentalités qui jouent un rôle essentiel dans le changement. Notre pays, bien que doté de ressources et de compétences, paye aujourd’hui au prix fort son attachement à l’interventionnisme public. Le futur sera meilleur et plus humain, pour peu que l’être créatif soit au cœur du changement.

Nous ne pouvons bâtir cette nouvelle société que si la culture, l’éducation et l’échelle des valeurs deviennent les dénominateurs communs du socle sociétal pour pousser à l’émancipation des hommes et des femmes. Nous ne devons pas échanger la culture contre de la haine fanatique, le savoir-faire créatif contre les compétences destructrices. Intégrer une société multiculturelle nécessite que les cultures soient homogènes et que les systèmes de valeurs se ressemblent. Nous vivons dans une société plurielle où les valeurs des uns ne sont pas celles des autres. C’est la raison pour laquelle la culture et l’éducation resteront toujours au cœur de la nouvelle société où il existe une forte identité commune qui respecte l’identité de chacun. La culture est donc la base de cette identité commune qui nous rend dépendants les uns des autres et ce fait est valorisé comme signe d’appartenance au collectif. Nous pouvons dire que la culture est avant tout un état d’esprit qui souligne une mentalité, une éducation, une volonté d’aider les autres et de les respecter. C’est une nouvelle façon de vivre ensemble qui se fonde sur le partenariat, la coopération, le don, la tolérance, le bénévolat, l’altruisme, ce qui permet de donner du sens à la vie. Le changement culturel doit pousser à l’émancipation pour devenir le ciment de cette transformation.

L’avènement d’une nouvelle société dépendra de l’énergie et du talent de chacun de nous. C’est à chacun de nous de prendre le pouvoir et d’avancer,  même si le pouvoir décisionnel est en haut, la puissance créative reste en bas ! Alors avançons tous ensemble pour motiver les énergies créatives et changer les conditions de vie. Nous ne pouvons pas nous reposer sur l’Etat car il a prouvé son incapacité à se remettre en cause pour transformer notre société, alors que les moyens numériques permettent le développement de l’éducation, du changement, de l’économie collaborative et de l’innovation. Aujourd’hui la culture, l’échelle des valeurs et l’éducation doivent devenir l’emblème de ce qui créera la voie pour aller vers l’émergence d’un monde nouveau émancipé.

 Hervé Azoulay