• récit(s)
  • (Presque) fictions

  • Technoprog

qui est véritablement mon moi ?

Es-tu sûr que cela se soit vraiment passé comme tu le prétends ? me glisse Iatus, le module d’Intelligence Artificielle qui m’accompagne partout et qui m’est affecté. J’ai beau lui répéter que j’ai bien sauvé de la noyade ce petit garçon, il en doute. Pourtant mes souvenirs sont là, présents et précis au sein de mon hippocampe. Je me revois encore plonger dans l’eau glaciale, après avoir pris soin d’enlever mes chaussures et ma veste. Le choc de la température passé, je réalise quelques exercices de respiration avant de saisir par la manche le gosse qui se débat avec l’énergie du désespoir. Je reçois même un coup de pied sur le visage qui m’a presque assommé.

Mon moi conteur doit encore avoir fait des siennes. Il a enjolivé la situation pour que j’apparaisse comme un héros dans mon for intérieur. Alors, je m’adresse à nouveau à Iatus qui me répond avec une insistance légèrement agacée :

J’ai interrogé mes homologues qui ont assisté à la scène. Aucun doute, vous étiez plusieurs et ce n’est pas toi qui as ramené le gamin sur la berge, même si tu t’es aussi mis à l’eau.

Alors, je lui demande de me mettre en contact avec André, mon meilleur ami qui m’accompagnait ce jour-là. Mon IA se connecte avec la sienne, et je peux maintenant directement lire dans le cerveau de mon camarade. Une tout autre histoire que la mienne y est gravée dans ses neurones : c’est bel et bien lui qui a sauvé le petit garçon. Alors que je reste étonné par cette révélation, Iatus me susurre avec son ironie habituelle :

Ce n’est pas lui non plus qui a permis au gosse de retrouver ses parents. C’est Michel.

Aucun souvenir d’avoir aperçu Michel dans le canal ce jour-là. Michel, un être que j’ai du mal à supporter, car il se donne le beau rôle en toutes circonstances. Mon moi conteur l’aurait alors effacé de la photo, à l’instar des personnalités soviétiques qui disparaissaient des clichés officiels après leur radiation ? Impossible.

Et si toutes nos IA s’étaient donné le mot ? Si elles s’étaient liguées pour prendre définitivement le pouvoir sur nos pauvres esprits ? Pour m’en convaincre, je demande à Iatus de me connecter avec Michel, malgré ma répulsion à m’immiscer dans ses méninges. L’esprit interrogé m’affirme avec une conviction évidente qu’en fait c’est bel et bien moi qui aie sauvé le garçon. Perturbé, je me retourne vers mon mentor digital qui me répond du tac au tac :

Il serait grand temps que vous les humains, vous les cerveaux biologiques avec toutes vos limitations, vous puissiez considérer que vous n’êtes pas des individus isolés possédants tous des ego démesurés ! Qui a sauvé le garçonnet ? C’est évidemment vous tous réunis. Sans votre union dans l’action, il n’aurait jamais survécu. Joignez une fois pour tous vos moi, pour obtenir un « métamoi », ou un « supermoi » si vous voulez. Alors, et seulement alors, nous allons pouvoir construire quelque chose de grand ensemble.


Gérard Muller