Franck Vigroux

Artiste

À partir de 2003 il produit des projets musicaux entre cut-up, improvisation et composition, il y réunira les musiciens Marc Ducret, Bruno Chevillon, Michel Blanc et Hélène Breschand. D’un univers proche de la musique électroacoustique il s’approche peu à peu de l’électronique noise. Avec le trio Push The Triangle il se produit sur scène comme guitariste jusqu’en 2010, puis délaissera peu à peu cet instrument jusqu’à l’album solo Ciment (2014). Il se produira également avec des musiciens tels Elliott Sharp, (Zeena Parkins), (Joey Baron) (Ellery Eskelin) (Mika Vainio) (Reinhold Friedl) et bien d’autres. Il collabore avec des comédiens et des écrivains tels Kenji Siratori, Laurent Gaudé , Michel Simonot ou Jean-Marc Bourg. Sa pièce radiophonique D503 réalisé pour France Culture à partir du roman de Zamiatine “D-503” représente Radio France au Prix Italia 2011. En 2007 il réalise un film Dust, utilisant divers procédés du cinéma expérimental.

En 2009, il est lauréat du programme « La Villa Médicis hors les murs » à New York il rencontre le chanteur Ben Miller avec lequel il fonde le duo Transistor. À partir de 2010 il démarre une période prolifique entre projets musicaux (avec l’ensemble Ars nova ), théâtre musical ou formes hybrides: “Un sang d’encre” avec Marc Ducret, Septembres de Philippe Malone, “Nous autres ?” et “Tempest” avec Antoine Schmitt ou encore Racloir avec Alexis Forestier (autour de textes de Heiner Müller). En 2013 et 2016 il met en scène deux spectacles : Aucun lieu et Ruines, début d’une collaboration prolifique avec l’artiste video Kurt d’Haeseleer avec lequel il compose Centaure (2016), H (2018) The Island 2020 et l’opéra électronique Flesh auquel contribuera après Aucun Lieu la chorégraphe Myriam Gourfink. Avec Antoine Schmitt il crée un second concert audiovisuel Chronostasis en 2018. Il se produit également avec l’écrivain Laurent Gaudé .