L’androïde [hu#1]

L’Androïde [HU#1] créé par Aurélia Ivan est une expérimentation fondée sur sa lecture de Nietzsche. Pour cela, elle fait appel à des artistes avec lesquels elle débute une série de recherches et d’expérimentations interrogeant le rapport de l’homme à la machine.

Ce projet ouvre pour le spectateur une voie vers l’œuvre. Un espace irréel proche de l’installation laisse place à des images – une machine, un environnement sonore (ici, celui de l’inclassable Christophe Chassol) – pour traiter de la déshumanisation.

L’Androïde [HU#1] est un véritable laboratoire, un dialogue qui interroge l’espace rationnel, l’expérience physique et intuitive.

AURELIA IVAN / COMPAGNIE TSARA
“Personnalité bien affirmée, Aurélia Ivan fait partie de ces artistes immédiatement repérés à la sortie de l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières. Initialement formée au Conservatoire National d’Art Théâtral de Bucarest (Roumanie), Aurélia Ivan a découvert les arts plastiques à l’école de Charleville, orientant ensuite ses recherches vers des mouvements transversaux tels que Dada et Fluxus.
Tsara, le nom de sa compagnie, fait référence à son illustre compatriote Tristan Tzara, cofondateur du mouvement Dada. Comme ces artistes protestataires du début du XXe siècle, la jeune roumaine pratique une approche de la scène pour le moins éclectique, expérimentale, voire iconoclaste.” Extrait du texte de Maïa Bouteillet, Agence Myra.