Parfois je rêve que je vois

Spectacle immersif

Parfois je rêve que je vois est une forme immersive pour dix spectateurs au casque qui retranscrit des fragments de vie de deux personnages, chacun atteint d’une forme d’aveuglement. Leurs singularités et leurs solitudes sont porteuses de sens dans notre société de l’”ultra- communication”. L’image qu’ils veulent renvoyer, qu’ils se renvoient, qu’ils nous renvoient, l’incapacité à communiquer malgré la multiplicité des médias, les problèmes d’identification de la réalité, voilà autant de thématiques présentes dans le projet.

Ce spectacle interroge le décalage entre ce qui est vu et perçu, ou comment la technologie a bouleversé et redéfinie notre perception du réel. Le spectateur est placé au centre du dispositif, une boîte noire. Comme un reflet, il va assister à un basculement dans un monde où l’image se distord, où l’obscurité et la lumière se confrontent, où les sens sont bouleversés. La boîte noire, par des jeux de transparences sur plusieurs strates, devient le support de diverses images mentales. Par le biais de l’écoute individualisé au casque, les sons se spatialisent. Chaque spectateur redécouvre son système perceptif tel un univers des sens.

Avec : Alexia Chandon-Piazza, Julien Dubuc , Chloé Dumas, Pierre-Yves Poudou, Samuel Sérandour, Grégoire Durrande.
Production : invivo / Co-production : Le Cube.
Avec le soutien : Mairie de Paris (dispositif Paris Jeunes Talents), CENTQUATRE-PARIS, Fées d’hiver, la Compagnie Sambre, Confluences, SCAN (DRAC Rhône-Alpes), Les Anciennes Cuisines.